En Europe, au-dessus de 60 ans, les hommes apprécient un peu plus la vie que les femmes

Une enquête de l’Institut national des études démographiques montre une certaine disparité entre hommes et femmes dans la satisfaction de l’existence. L’appréciation se fait beaucoup sur la vie en couple.

Hommes et femmes inégaux face à la vieillesse

Dans une étude rendue publique mercredi 12 septembre, l’Institut national des études démographiques (Ined) montre que les femmes de 60 ans et plus sont moins satisfaites de leur vie que les hommes de la même génération. Ainsi, 34 % des premières se déclarent très satisfaites, contre 39 % des derniers. L’étude de l’Institut national des études démographiques (Ined) a été réalisée entre 2004 et 2010 et porte sur 13 550 personnes âgées de dix pays européens. Elle met en valeur une forte disparité en termes de bien-être, de ressources et d’attente entre hommes et femmes. Selon les chercheurs, cela est dû au fait que les Européennes âgées se retrouvent plus souvent en situation de veuvage (45 % de femmes de 70 ans en plus sont en couple contre 51 % pour les hommes) et qu’elles sont soumises à une plus forte précarité économique pendant la retraite. C’est une des conséquences de leur rôle familial avant leur retraite, d’un plus faible niveau d’éducation (68 % d’éducation pour les hommes contre 56 % pour les femmes) et d’une discrimination salariale (12 % d’écart salarial, favorable aux hommes). Le niveau de bien-être est mesuré, pour les femmes en couple, par le fait de vivre dans un endroit bien pourvu en commerces et en transports et d’avoir des loisirs ; pour les femmes seules, de disposer d’un haut revenu, d’être propriétaire et de vivre à proximité du nécessaire à la vie quotidienne. Leur attachement à l’environnement pourrait provenir d’une plus forte implication dans la gestion du quotidien que les hommes, au niveau du ménage et de la cuisine par exemple, et de leur manque d’indépendance en matière de mobilité. Hommes et femmes de 60 ans et plus se rejoignent sur des critères essentiels, comme la santé et le fait de vivre en couple. Pour les couples, le niveau de satisfaction est plus élevé en cas de revenu important, de possession du logement et d’autonomie physique. Pour les hommes et femmes vivant seuls, ce qui compte le plus est la pratique de loisirs et le relationnel humain.

Les personnes âgées du nord de l’Europe favorisées

C’est aux Pays-Bas, au Danemark et en Suède que les 60 ans et plus se sentent le mieux, et par ordre décroissant en Belgique, en France, en Italie, en Espagne, en Grèce, qu’ils estiment vivre moins bien, y compris, de manière inattendue, en Allemagne et en Autriche. Les situations nécessaires au bien-être diffèrent aussi d’une région d’Europe à l’autre. Pour les pays nordiques, ce sont les loisirs et la proximité des transports et commerces qui priment pour les femmes en couple, l’indépendance matérielle et physique, pour les femmes seules. Au centre de l’Europe, le bien-être de la femme dépend de la proximité des enfants et des loisirs quand elle est en couple, tandis que la femme seule se sentira bien en ayant une bonne situation économique. La situation est équivalente pour les femmes au sud, avec une très forte variante : des contacts réguliers et une proximité géographique avec les enfants. Selon les chercheurs de l’Ined, ces disparités sont dues aux différences de législation concernant les femmes, à l’état de l’égalité salariale et à la générosité des congés maternité notamment.

 FLORENCE MASSENA

Publicités