Du festival du livre Etonnants voyageurs

litteraturemonde

Six années après l’émergence en France et dans le monde du concept de « littérature-monde », l’association Étonnants Voyageurs et l’Agence Française de Développement s’associent afin de créer le prix Littérature-monde dont le jury est composé des écrivains Paule Constant, Ananda Devi, Nancy Huston, Dany Laferrière, Michel Le Bris, Atiq Rahimi, Jean Rouaud et Boualem Sansal.

Remis lors du festival Saint-Malo Étonnants Voyageurs (6-9 juin 2014) aux auteurs de deux ouvrages – l’un écrit en français, l’autre traduit – publiés en France dans les douze mois précédents, le prix Littérature-monde fera l’objet de deux premières sélections courant avril 2014. Chaque prix est doté de 3.000 € par l’Agence Française de Développement.

Une « littérature-monde » ?

En mars 2007 paraissait dans le journal Le Monde un manifeste « Pour une littérature-monde en français » signé par 44 écrivains. Pour affirmer l’urgence d’une littérature soucieuse de « dire le monde », de se frotter à lui pour en capter le souffle, les énergies – autrement dit, d’une littérature libérée des idéologies qui jusqu’alors prétendaient la régenter. Le monde : n’avait-il pas été, longtemps, le grand absent de la littérature française ? Le monde, et avec lui le sujet, le sens, l’histoire, le « référent », tous mis entre parenthèse pendant des décennies par les maîtres penseurs, inventeurs d’une littérature sans autre objet qu’elle-même. Une « littérature-monde » : elle était déjà là, d’autant plus nécessaire qu’un monde nouveau surgissait devant nous, imposant des rythmes, des paroles neuves. Réfugiée dans les marges, comme toujours. Des littératures dites de « genre » – génération nouvelle d’écrivains-voyageurs, nouvelle vague du « roman noir » – mais aussi dans cette autre marge des littératures dites « francophones » : là, de jeunes écrivains surgissaient, porteurs d’une littérature accordée au monde en train de naître, moins soucieux de se couler dans une culture d’adoption que de faire oeuvre à partir du constat de leur identité plurielle. Ceux-là signaient du même coup l’acte de décès d’une francophonie sur laquelle une France mère des arts continuerait de dispenser ses lumières, pour affirmer l’émergence d’un vaste « espace-monde » en français, sans plus de centre, où la langue, délivrée de son pacte exclusif avec la nation devenait l’affaire de tous, sans d’autres frontières que celles de l’esprit.

« Littérature-monde », donc, parce que les littératures de langue française de par le monde forment un vaste ensemble dont les ramifications enlacent plusieurs continents. Et « Littérature-monde » parce que celles-là nous disent le monde qui devant nous émerge, et ce faisant retrouvent après des décennies « d’interdit de la fiction » ce qui toujours a été le fait des écrivains et des artistes : de donner voix et visage à l’inconnu du monde, et à l’inconnu en nous. Cette idée, le festival Étonnants Voyageurs l’aura portée dès sa naissance, en 1990 : elle est au coeur même de son projet. Le manifeste de 2008 en aura souligné l’écho. Colloques internationaux et ouvrages se sont multipliés depuis, et le manifeste se trouve étudié dans la plupart des départements d’études francophones de par le monde. Il nous a paru d’autant plus nécessaire de redonner la parole aux écrivains eux-mêmes, en créant un double prix « littérature-monde », l’un allant à un roman de langue française, l’autre à un roman étranger traduit, porteurs de cette idée de la littérature. Ce prix, décerné par un jury d’écrivains, aura vocation à devenir un grand prix littéraire de Printemps, et sera remis dans le cadre du festival Étonnants Voyageurs.

En créant ce prix avec le festival Étonnants Voyageurs, dont elle est partenaire depuis 2013, l’Agence Française de Développement (AFD) souhaite valoriser les voix littéraires qui embrassent le monde et qui, par le prisme de la fiction, renouvellent la vision de la réalité économique, sociale et culturelle des quatre continents dans lesquels elle intervient. Établissement public et agence gouvernementale, l’AFD oeuvre depuis plus de soixante-dix ans pour combattre la pauvreté, favoriser le développement et réduire les inégalités dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer, à travers un réseau de 70 agences et bureaux de représentation.

Publicités