Rendez-vous de Paris en mars 2015

avec Jean Paul Vanhoove

ambiente_29

du samedi 14 au 22 mars : 12e Printemps des Poètes des Afriques et d’Ailleurs sur le thème cette année : « Poètes insurgés des Afriques et d’Ailleurs » Nous offrons une tribune aux poètes insurgés de la négritude, de la néo-négritude et de tous autres horizons esthétiques. Le festival s’ inscrit dans des lieux très divers entre Belfort et Paris. Il est placé sous le haut patronage de Martial Sinda, premier poète de L’ AEF(Afrique Equatoriale Française). Il rendra hommage à la fois aux dix ans de la disparition du poète de renom Jacques Rabémananjara et aux soixante ans de la publication du « Premier chant du départ » (éditions Seghers) de Martial Sinda. Le festival est présidé par le poète Thierry Sinda auteur de l’ « Anthologie des poèmes d’ amour des Afriques et d’ Ailleurs » (Orphie, 2013) et animé par le metteur en scène Moa Abaïd. – avec Denise Chevalier, Houria, Romuald Chery, Amadou Elimane Kane, Jean-Marie Blanche, Nadia Guerbas, Habib Osmani, Evelyne Pèlerin Ngo Maa, Sophie Cerceau, Evelyne Tran, Jean-Baptiste Tiémélé, Raoul-Philippe Danaho, Victor M. Hountondji, Marie-France Danaho, Ferdy Jaofera, Francine Ranaivo, Laurent Fonlladosa, Jaime Galdos ,Antsiva, Hanitr’Ony, Alain-Alfred Moutapam, Nana Youla Yansane, Deva Koumarane, Ferdy Ajax, Danial Illemay, Ines Ouelasti, Iverlene Worrell-Diallo, Enide Darius Gordien, Solal Valentin, et Thierry Sinda. Rens. Thierry Sinda , Président du Printemps des Poètes des Afriques et d’ Ailleurs 06 10 01 95 25 poetesdesafriques@voila.fr http://neonegritude33.afrikblog.com/

jusqu’au 12 juillet 2015, tous les jours, sauf le mardi et le jeudi, de 11h à 19h15 : L’Art de manger, Rites et traditions : exposition consacrée aux rites et aux traditions présidant à la préparation et à la consommation de nourritures en Afrique, en Insulinde et en Océanie. Des installations de l’artiste franco-béninois Julien Vignikin, qui s’interroge dans ses oeuvres sur les questions liées à la «malbouffe » et à l’accès à l’alimentation dans le monde, donnent à l’exposition une dimension contemporaine en abordant l’une des préoccupations majeures de nos sociétés. – Lieu : musée Dapper – 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è – Rens. 01 45 02 16 02 / 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.fr http://www.dapper.com.fr

jusqu’au 26 avril, du mardi au dimanche de 13h à 18h30, le samedi de 11h à 18h45, nocturne gratuite le mercredi jusqu’à 20h30 : Exposition des photographies de Pieter Hugo : Après les portraits spectaculaires pris au Nigeria ou au Rwanda, il se concentre aujourd’hui sur l’Afrique du Sud et se focalise sur l’intime dans «Kin» (les proches). Ce projet, réalisé sur huit ans d’une quarantaine de grands formats, des natures mortes, des paysages et surtout des portraits, fruits de la réflexion du photographe sud-africain. Pieter Hugo a entamé ce travail après être devenu père. En effet, à travers ces clichés, cet Afrikaner né en 1976 au Cap, se pose des questions sur son identité, sur la représentation des hommes, sur la couleur de peau et l’humanité dans cette Afrique du Sud post-apartheid, où il va devoir élever ses deux enfants. – Tarif 7€ , 4€ – lieu : Fondation Henri CartierBresson, 2 impasse Lebouis, Paris 14è, M° Gaité ou Edgerd Quinet – Rens. 01 56 80 27 00 Ambassade d’Afrique du Sud 01 53 59 23 23 contact@henricartierbresson.org

lundi 2 mars de 14h à 16h : Conférence « des nationalités en papiers à Djibouti (1945-2004) » avec Simon Imbert-Vier, IMAF – Dans le cadre du séminaire « L’Etat documentaire et les mondes du papier en Afrique » organisé par Séverine Awenengo Dalberto (IMAF), Aïssatou Mbodj-Pouye (IMAF) et Richard Banégas (CERI) – Lieu : CERI, 56 rue Jacob, Paris 6è – Rens. sawenengo@yahoo.fr

Jusqu’au 16 mars tous les 1er et 3e lundis du mois de 15h à 18h : Séminaire « Les Afriques dans la longue durée : acteurs, savoirs, pratiques (XVe-XXe siècle) ». Entre l’histoire dite « précoloniale », l’installation des systèmes coloniaux formels, à la fin du XIXe siècle, et les enjeux de la « postcolonialité », se déroule un temps long dans lequel se sont produites des interactions, voire des (re)créations, aussi bien entre « l’Afrique en Afrique » et « les Afriques d’ailleurs » qu’entre les sociétés africaines et les pouvoirs coloniaux, le tout dans des relations complexes de négociation, de dialogue et de confrontation. Les acteurs, africains ou coloniaux, les savoirs et les pratiques constituent autant de « lieux » à partir desquels se déploiera notre réflexion. Ainsi seront repris et reformulés des questionnements et des propositions sur lesquels nous travaillons depuis quelque temps, à partir, entre autres, de l’histoire de l’Afrique sous colonisation portugaise et de celle des mouvements panafricanistes, à la convergence des multiples Afriques. Lieu : IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è – Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr

mardi 3 mars et tous les mardis de 11h à 12h30 jusqu’au 2 juin 2015 : Séminaire Anthropologie des pratiques non savantes de l’archive en Afrique de Marie-Aude Fouéré, Maître de conférences à l’EHESS. Qu’est-ce qu’une « archive » dans le contexte des débats publics mondialisés sur l’histoire et la mémoire, où le droit de mémoire s’appuie de manière croissante sur la revendication d’un droit à l’archive ? Qui et qu’est-ce qui constitue l’archive ? Quelle forme prend-elle et quels effets engendre-t-elle ? Ce séminaire place l’accent sur la constitution, l’appropriation et les usages des archives en Afrique par des acteurs non historiens de métier dans des situations d’action collective. Il appréhende donc la pratique de l’archive comme action politique. Les concepts de « braconnage » de l’archive, d’« archivistique non savante » et d’« archives hors les murs » sont utilisés pour appréhender l’archive comme un objet manié, détourné, recyclé, bricolé, exposé, scripturalisé, oralisé, et enfin dématérialisé à travers lequel se donne à voir la production des consciences historiques et des subjectivités politiques. – Lieu : IMAF du blv Raspail, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 96 boulevard Raspail, Paris 6è – Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr

mercredi 4 mars à 19h : Projection et débat autour du film « Daniel Ali, instituteur révolté dans l’Algérie coloniale ». En présence de l’auteur-réalisateur et dans le cadre du Cycle de rencontre du Forum France-Algérie consacrée aux « Contributions des Français non-musulmans au combat anticolonialiste en Algérie » – Daniel Vérin, jeune instituteur français d’Algérie, prend fait et cause en 1954 pour la Révolution algérienne et s’engage dans le Front de Libération Nationale (FLN), puis dans l’Armée de Libération Nationale (ALN). Daniel, devenu Ali, est, à la fin de la guerre, en 1962, citoyen algérien. Il part en tant qu’étudiant boursier aux Etats-Unis mais se voit refuser son retour au pays par l’administration algérienne de l’époque. Il obtient la nationalité américaine en 1969. Condamné par la France, ce n’est qu’en 2004, qu’il ne sera reconnu moudjahid, combattant de la Révolution algérienne. Le film, réalisé par le frère de Daniel, inscrit ce destin dans l’histoire mal connue de ces instituteurs qui, au nom de leurs valeurs, ont joué un rôle non négligeable dans la guerre d’indépendance. – Entrée libre, consommation obligatoire. – Lieu : 11 Art, 9 rue Camille Desmoulins 75011 Paris 11è, M° Voltaire. Rens. newsletter@forumfrancealgerie.org

jeudi 5 mars de 9h à 18h : Troisièmes rencontres internationales contre la biopiraterie – Sous le patronage de Chantal Berthelot, députée de Guyane et avec Victoria Tauli-Corpuz, Rapporteuse Spéciale de l’ONU sur les droits des peuples autochtones à l’invitation de France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand : État des lieux de la biopiraterie dans le monde et présentation d’un cas – Table-ronde 1 : Des alternatives juridiques à la hauteur des enjeux ? – Table-ronde 2 : Agir sur le terrain contre la biopiraterie – Points de vue : Des choix politiques et éthiques – Lieu : Assemblée Nationale, salle Colbert, 126 rue de l’Université, Paris 7ème – Inscription gratuite et obligatoire. Rens Archibald Neyvoz – 01 53 25 10 44 – biopiraterie@france-libertes.fr

jeudi 5 mars et tous les 1er jeudi du mois de 13h à 17h au 7 mai 2015 : Séminaire Images de la violence et violence des images organisé par Sandra Fancello (CNRS/IMAF), Bruno Martinelli (Aix-Marseille Université/IMAF) et Jean-Claude Penrad (EHESS/IMAF) : Ce thème a été approché l’an passé sous l’angle particulier de la sorcellerie en Afrique, considérée comme l’un des défis à relever par les anthropologues sur le plan des méthodes, sur celui des écritures visuelles relatant une part d’invisible, comme sur celui des questions éthiques. Nous proposons cette année d’étendre notre travail à d’autres expressions de la violence en Afrique, notamment celles, politiques, impliquant des échelles différentes, entre local et global, et des modes de diffusion allant d’usages académiques plus ou moins confidentiels, à des réalisations fictionnelles, en passant par des productions documentaires ou journalistiques largement relayées. Cependant, nous considérons aussi que la production d’un savoir ou plus modestement de récits visuels, sur la violence, participe également à l’expression d’autres facettes de la violence, perceptibles dans les réceptions diverses auprès des « spectateurs », dans les constructions mémorielles conflictuelles, dans les « effets retour » pour les personnes filmées, ou dans les postures éthiques des réalisateurs, pour ne citer que ces quelques développements. C’est donc autant les pratiques de recherche et de réalisation visuelle que les usages qui en sont faits (ou induits) qui orienteront nos présentations et nos débats. Lieu : EHESS, salle 1, 105 bd Raspail, Paris 6è – Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr

jeudi 5 mars à 18h30 : Exposition Badia Maïdat, artiste peintre, miniaturiste, ancienne élève de Sahouli Abderahman, professeur à la Société des Beaux-arts (1978/1985) est Diplômée de l’école Nationale des Beaux-arts d’Alger (1985/1990) – Grande amoureuse des peintres orientalistes, elle peint beaucoup, il lui arrive même de faire des reproductions de ses ainées, sans oublier qu’elle essaie toujours de perpétuer l’art de la miniature et du patrimoine légué par les ainés, tels que les Racim (Mohamed et Omar), Mohamed Temama… Badia Maïdat dessine et peint les femmes en faisant ressortir leur charme, leur beauté (danse, regard expressif). Elle reproduit souvent les moments magiques en laissant libre cours à son imagination fertile. Exposition ouverte du 5 au 27 mars – Lieu : Centre Culturel Algérien, 171, rue de la Croix Nivert, Paris 15è – Rens. 01 45 54 95 31 http://www.cca-paris.com

jeudi 5 mars à 19h : Soirée lecture « Corps en exil » : Lecture performative A propos du roman « La dernière fois où j’ai eu un corps » de Christophe Fourvel avec les comédiennes Muriel Racine et Pamela Ravassard — Suivir de la Projection de « Nora » Le film s’inspire de faits réels de la vie de la danseuse Nora Chipaumire, née au Zimbabwé en 1965. Dans le film, Nora retourne au pays de son enfance et accomplit un voyage à travers quelques souvenirs marquants de sa jeunesse. En se servant du jeu d’acteur et de la danse, elle donne vie à son histoire, dans un poème de sons et d’images au rythme alerte. – Lieu : Espace inter-culturel pluridisciplinaire, 45/47 rue Ramponeau, Paris 20è, M° Belleville, Couronnes ou Pyrénées. – Rens : Marie-Cécile Berdaguer com.mda@gmail.com

vendredi 6 mars de 15h à 18h : Séminaire Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : archives, mémoires et circulations organisé par Silvia Bruzzi (postdoctorante IMAF/Institut Émilie du Châtelet), Henri Medard (professeur Aix-Marseille Université/IMAF) et Elena Vezzadini (membre associée IMAF, postdoctorante Université de Bergen). Ce séminaire vise à devenir un point de rencontre pour les étudiants et les chercheurs qui travaillent sur l’histoire sociale d’une Afrique s’étendant du Caire au Cap, une Afrique qui se noue au-delà des frontières nationales, à travers les circulations et les échanges multiformes des individus et des groupes dans un espace connecté avec la Méditerranéenne et l’Asie à travers la Mer Rouge et l’Océan Indien et au-delà avec les mondes atlantiques européens et américains – une Afrique orientale des XIXe-XXe siècles face aux impérialismes certes mais qui ne se réduit pas à eux. – Lieu : EHESS salle 015, RdC, bât. Le France 190-198 av de France, Paris 13è.

vendredi 6 mars à 18h30 : Rencontre littéraire autour du thème « littérature au féminin » avec la romancière et journaliste El Farouk et la poétesse et journaliste Louisa Nadour – Rencontre animée par Imène Djeddi, Intermède musical de Maher El Meki – Fadhila El Farouk, de son vrai nom Fadhila Melkemi, est une écrivaine algérienne établie à Beyrouth. Elle a publié de nombreux romans dont « Les territoires de la peur », « La honte au féminin  » et  » « Découverte du désir ». Louisa Nadour fait partie de cette génération de poètes et d’artisans du verbe qui bousculent les convenances et proposent une écriture kaléidoscopique, une écriture qui interpelle et éclaire. Elle inscrit sa poésie en marge des sentiers battus par la forme et la thématique …Elle écrit l’exil, plaide la condition de la femme, dépeint le voyage perpétuel et chante l’amour filial. – Lieu : Centre Culturel Algérien, 171, rue de la Croix Nivert, Paris 15è – Rens. 01 45 54 95 31 http://www.cca-paris.com

samedi 7 mars de 14h à minuit : Soirée-Concert et Journée des droits des femmes au Palais de la Femme organisée par l’Armée du Salut en partenariat avec l’association « Femmes Actions ». Rencontrez des associations importantes pour le soutien et les droits des femmes et participez aux ateliers, conférences, animations enfants, théâtre forum, … C’est gratuit ! Liste des associations et des intervenants : Solidarités Nouvelles pour le Logement, Voix de femmes, le Comité Métallos, Rafaele Arditti, Femmes de la Terre, L’Amozaïk, CIDFF Paris, Yachad, Droit au Logement, Femmes Action, Mélodies du Monde, le Défenseur des droits, Idle NoMore Paris, Osez le féminisme, Joséphine pour la beauté des femmes, Afrique Partenaire Services, Femmes Solidaires, EPE, Backup-Rural, Compagnie NIABA, Vent du Rêve • à partir de 20h : Soirée concert (18€) avec Nawal, So Kalmery, Rémila, Zolan Gono, Jelila, Vent du rêve.. Bar et restauration sur place: Thien bou dien, tartes, sandwichs, bissap, jus de gingembre – Femmes Action (Ile de France) a pour but de récolter des fonds afin de soutenir un groupement de femmes africaines du Fouta Toro (Sénégal) en lutte contre l’excision ou qui mènent des actions pour leur développement (santé, éducation, économie, droits). – Lieu : au Palais de la femme – 94 rue de Charonne – Paris 11è – M° Charonne – Rens. : 06 12 16 41 95 femmesactionexcision@gmail.com

samedi 7 mars 14h à 17h : Conférence : La drépanocytose, un exemple de combat de femmes contre le handicap. Le professeur Robert Girot nous témoigne du combat de la femme pour valoriser le handicap, même celui de la drépanocytose. Reconnaître la lutte de la femme, c’est faire un premier pas vers un engagement en faveur des handicapés. Organisé par l’association Espoir de Vivre (lutte contre la drépanocytose et soutien au handicap) – Lieu : Assemblée Nationale, 126, rue de l’Université, Paris 7è, M° Assemblée nationale (ligne 12), Invalides (lignes 8 et 13), RER C : Invalides ; Bus : 24 63 73 83 94. – Rens. Mme Pauline Mbaku 06 61 75 19 50 edv-asso@laposte.net

dimanche 8 mars à partir de 10h30 : Brown Sugar Days : la journée du Cinéma Afro-Américain. Grand REX (2000 place) avec 4 films afro américains incontournables : Dear White People à 10h30 en avant-première et version originale sous-titrée, en présence du réalisateur Justin Simien : La vie de quatre étudiants noirs dans l’une des plus prestigieuses facultés américaines, … une comédie satirique sur comment être noir dans un monde de blancs — Think Like A Man à 13h : Quatre femmes ont lu le livre Act Like a Lady, Think Like a Man, écrit par le célèbre humoriste-animateur radio Steve Harvey. Il remarque que ces femmes sont capables de diriger une petite entreprise, de s’occuper à merveille d’une famille de trois jeunes enfants et ou encore de diriger un groupe communautaire en même temps, mais sont incapables de découvrir ce qui plaît aux hommes. Pour lui, elles ne doivent par chercher conseil auprès d’autres femmes : seul un homme peut leur dire comment séduire un homme et le garder. Cependant, tout ça n’est pas du goût de l’autre moitié des 4 couples… — Think Like A Man Too à 15h.

samedi 14 mars de 10h à 18h : Réunions d’information et ateliers d’écriture PRA/OSIM organisé par Touiza Solidarité (TS) pour répondre à l’appel à projet du PRA/OSIM 2015 (Programme d’Appui aux projets des Organisations de Solidarité Internationale issues de l’Immigration) : Vous êtes une OSIM (Organisation de Solidarité Internationale issue de l’Immigration). Vous avez un projet dans les secteurs suivants : Santé / Education / Eau / Développement Economique / Développement Rural et Agricole / Développement Social. Votre projet se déroule dans l’un des pays suivants : Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap Vert, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Kenya, Liberia, Libye, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maroc, Maurice, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, République du Congo, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Suriname, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Togo, Tunisie, Yémen, Zambie, Zimbabwe. La demande de subvention par projet est plafonnée à 15 000 euros, et dans tous les cas la subvention ne peut représenter plus de 70% du montant total du projet. Le recours à un Opérateur d’Appui labellisé [OPAP] du PRA/OSIM est obligatoire pour pouvoir déposer un projet. L’accompagnement des OSIM par les OPAP est totalement gratuit dans le cadre du PRA/OSIM (exclue la convention de partenariat OPAP-OSIM pour les projets financés). Date de clôture de l’appel à projets : 16 avril 2015 à minuit. – Lieu : CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11è, M° Rue des Boulets – Rens. 01 46 07 61 80 praosim@forim.net

jeudi 19 mars à partir de 9h Journée Internationale de lutte contre le racisme et les discriminations à l’UNESCO sur le thème : Apprendre les leçons des tragédies historiques pour combattre la discrimination dans le présent . Le matin avec des tables rondes « Combatre le racisme et la discrimination : Histoire et défis contemporains organisées par l’UNESCO avec Irina Bokova, Directrice Générale de l’UNESCO, Mutuma Ruteere, Rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et de l’intolérance qui y est associée (à confirmer), Nada Al-Nashif, Sous-Directrice Générale du Secteur des Sciences sociales et humaines à l’UNESCO, ou à partir de cas concrêts comme par exemple celui développé par Cheik Oumar BA concerant la Mauritanie — 14h-18h : Réflexion organisé par la FFPU (Fédération Français Pour l’Unesco) autour de la discrimination par le handicap ou la maladie, avec comme angle d’approche la question de la citoyenneté. Cet atelier sera abordé à travers plusieurs prismes tels que : l’éducation, la vie politique, le travail, le sport, l’égalité femme/homme, l’art et les clubs UNESCO. A partir de 19h : Concert gratuit (Musique mandingue du Mali et Gospel) Grande Soirée d’Hommage aux institutions et aux associations impliquées dans les actions contre les mutilations faites aux femmes. – Lieu : 7, Place de Fontenoy, Paris 7è, M° Ségur ou Cambronne – Inscription : 01 42 58 68 06 contact@ffpunesco.org

du vendredi 20 au lundi 23 mars : Rendez-vous sur le stand « Livres et Auteurs du Bassin du Congo » au Salon du livre de Paris, espace d’expression de la littérature d’Afrique centrale et lieu incontournable pour les littératures francophones du Sud. Un espace de 280 m2, une librairie spécialisée et un programme très riche de conférences, têtes à têtes et dédicaces avec les écrivains francophones qui font l’actualité littéraire. Pour la 6ème année consécutive, les thématiques choisies et développées de cette nouvelle édition sont à l’image d’une Afrique contemporaine, qui passionne, interroge et suscite l’engouement. Depuis sa création en 2010, Livres et Auteurs du Bassin du Congo a accueilli des écrivains de trente nationalités et plus de 300 intervenants, éditeurs et auteurs, venant d’Afrique et d’Europe. – Entrée : 12€ à 6€ et gratuit pour les moins de 18 ans – Lieu : Parc des Expositions Hall 1 Stand R68 Porte de Versailles, Boulevard Victor Paris 15e, M° Porte de Versailles – Rens. : Librairie-Galerie Congo 01 40 62 72 81/83  dimanche 22 mars à 15h : Lectures-dédicaces-Scène ouverte – A – 17h: Présentation du livre « Noblesse d’ Afrique » de Hélène de Gobineau (marraine de guerre de les tirailleurs sénégalais) rééd. Ed. Présence africaine par Evelyne Tran. Puis Diner de clôture des poètes – Dans le cadre « Printemps des Poètes des Afriques et d’Ailleurs » – Lieu : Restaurant « La Téranga », 48, rue Guy Môquet, Paris 17e – Rens. : 06 10 01 95 25

lundi 30 mars de 14h30 à 17h30 : Conférence : Identités et identifications avec Séverine Awenengo (CNRS, IMAF) et Vincent Denis (Université Paris-1, IHMC, IUF) – dans le cadre du Séminaire « Temps, terrains et écriture de l’histoire de l’Afrique » organisé par Marie-Laure Derat (chargée de recherche au CNRS), Camille Lefebvre (chargée de recherche au CNRS) et Thomas Vernet (maître de conférences à l’Université Paris I) – Lieu : Site Malher, Salle 107 , 9 rue Malher, Paris 4è – Rens. 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr

samedi 14 mars à 15h30 : Conférence-débat ” La place de l’école dans l’intégration” – Dans le cadre de son cycle de conférences “les quartiers renouent avec le débat”, le RACIVS vous convie à une conférence sur le thème “La place de l’école dans l’intégration, itinéraire du natif de Baback” animée par Barthélémy Faye, Avocat et présidée par Sophie Primas, Maire Sénatrice. C’est l’histoire formidable de l’ascension du Barthélémy Faye, né au Sénégal et aujourd’hui avocat chez Cleary Gottlieb et fervent défenseur de la restructuration de la dette. – Lieu : Mairie d’Aubergenville, 1 av de la Division Leclerc à Aubergenville (78) – Rens. 01 30 99 17 22 racivs.solidaire@gmail.com

samedi 14 mars à 20h30 : grande soirée annuelle caritative de l’association Lumières de Madagascar : Au programme: repas dans une ambiance tropicale avec l’orchestre Gasc’art, spectacle, tombola et ventes d’arts malgaches. – Participation de 10€ avec 1 boisson offerte – Lieu / Salle des fêtes Paul Gauguin, rue d’Alentours, Chanteloup-les-Vignes (78) – Rens. Lumières de Madagascar: 06 63 35 35 15 ou 06 69 00 31 15


 

Publicités